L'assurance-vie

Le Cabinet PRIMAT vous aide à choisir parmi les supports d'épargne en sélectionnant les mieux adaptés à votre profil d'épargnant.

Le contrat d’assurance-vie est un placement qui bénéficie d’une fiscalité attractive et de nombreux atouts (sécurité, disponibilité, rentabilité).
Elle permet, en cas de vie et selon les objectifs et l’horizon d’investissement, de se constituer un capital ou de produire des revenus réguliers, pour la retraite par exemple.  En cas de décès de l’investisseur elle favorise la  transmission du patrimoine.

                                                         

 

Constituer un capital
 

Préparer un projet immobilier, anticiper un gros achat, constituer son patrimoine pour s’assurer un complément de revenus pour la retraite, transmettre à ses enfants ...

Pour constituer son capital, l’investisseur peut réaliser un versement unique et/ou des versements programmés dont il choisit le montant. Les modalités de versements programmés sont définies dans les contrats mais la plupart des contrats présentent de grande qualité de souplesse : possibilité d’augmenter, diminuer, arrêter ou reprendre à tout moment ces versements programmés.

Les sommes sont investies selon les objectifs, l’horizon d’investissement et le profil de risque du client sur un ou plusieurs supports : le fonds euros et/ou des unités de compte.

Générer des revenus complémentaires
 

Préparer sa retraite, les études de ses enfants, anticiper une baisse de revenus…

L’investisseur peut choisir la façon dont il souhaite percevoir ses revenus complémentaires :

  • Rachats partiels (programmés ou libres) : ils permettent de recevoir des revenus sans frais supplémentaires et selon la fréquence choisie (mensuelle, trimestrielle…) tout en laissant le capital restant sur l’assurance-vie continuer à fructifier et à disposition. Ils sont soumis à imposition de la même façon qu’un rachat total (voir onglet fiscalité). Chaque support du contrat est désinvesti proportionnellement à l’encours. Les rachats s’arrêtent lorsque l’ensemble du capital est épuisé.
  • Rente viagère : elle permet de recevoir un complément de revenus à vie. En contrepartie, l’assuré perd la disposition de son capital qui n’est plus destiné à être transmis. Le montant de la rente est calculé en fonction de l’âge de l’assuré à la souscription et au premier versement et du capital investi. Elle est imposée en fonction de l’âge de l’assuré.

 

Transmettre son patrimoine
 

Transmettre un capital hors succession, avantager un non-héritier…

A la tête d’un patrimoine important ou avec une volonté successorale particulière il peut être judicieux pour l’investisseur de cumuler les abattements applicables dans le cadre de la succession et abattements applicables dans le cadre de l’assurance-vie.
Ils s’élèvent à 152 500€ par bénéficiaire (tous contrats confondus) lorsque le contrat a été alimenté avant les 70 ans du souscripteur.
Ex : si l’investisseur a un enfant il peut lui transmettre : 100 000€ (abattement successoral) + 152 500€ (abattement assurance-vie) soit 252 500€ sans frais !

Nous attirons votre attention sur l’importance de la clause bénéficiaire. Il faut être vigilant lors de sa rédaction car il est impératif que les bénéficiaires soient clairement identifiables par leur qualité.
Ex pour gratifier le conjoint et en cas de pré-décès les enfants : «  mon conjoint au jour du décès, à défaut mes enfants nés ou à naître, vivants ou représentés, à défaut mes héritiers ».
La désignation d’un bénéficiaire déterminé devient irrévocable dès acceptation par ce dernier et par le souscripteur avec pour effet de consolider le droit du bénéficiaire sur le contrat.